Comment faire du « rebond » votre levier e-marketing préféré

Le rebond (visites à une page) est un mal inévitable sur un site web : les visiteurs ne trouvent pas forcément chez vous ce qu’ils sont venus chercher, et si ils l’ont trouvé, ils n’ont guère envie de prolonger leur visite pour vous faire plaisir… Quand bien même n’auraient-ils pas accompli vos objectifs business (ingrats…).

Idéalement, il faudrait parvenir à identifier les internautes susceptibles de quitter le site « trop vite » afin de leur adresser un message qui pourrait les inciter à rester, à accomplir une action spécifique ou bien à visiter un site tierce que vous avez choisi…

Bonne nouvelle : cette technique existe et produit des résultats étonnants. A tel point que des entreprises font même de la « repêche » des visiteurs un véritable business, et que cette astuce est très en vogue aux US : Bounceexchange.com, Picreel.com, Exitmonitor.com, Reellabs.com, Popu.ps etc.

Toutes ces solutions sont vendues assez cher et seront plus ou moins adaptées à vos besoins… Mais rassurez-vous, la solution presque parfaite est très simple à mettre en place. Grâce à elle, vous pourrez doubler le taux d’inscription à votre newsletter, ou bien rediriger plus d’un quart de votre trafic sortant.

Astuce 1 : OuiBounce, the Bounce Exchange alternative

Première étape, choper sur GitHub la « OuiBounce », une petite alternative à Bounce Exchange qui fonctionne avec jQuery (moins perfectionnée, mais qui fait son boulot), et remercier l’auteur au passage.gitHub-download-button

Comment ça fonctionne ? Passez votre souris sur la barre des tâches de votre navigateur pour le savoir. L’exemple est disponible sur cette page.

Vous pouvez déjà tester votre OuiBounce en notant deux points importants :

  • Afin de ne pas être trop « spammy » la OuiBounce enregistre dans un cookie si elle est déjà apparue ou non. Vous pouvez désactiver cette option, ou bien la perfectionner.
  • Un callback permet de tracker facilement l’ouverture de la popup, par exemple :
callback:function(){dataLayer.push({'event':'popin','type':'demo'});}

Paradoxalement, le départ « supposé » est un excellent moment pour pousser au visiteur un message, le rendant coupable de partir en loupant un super truc, ou mieux, en le laissant poursuivre sa visite ailleurs, mais en lui indiquant où aller !

Astuce 2 : Combiner OuiBounce à Google Tag Manager

A ce stade, votre OuiBounce est sympa, mais il vous sera difficile de contextualiser son affichage, sauf à développer des cas particuliers qui pollueront le code de votre site web.

Il vous faut donc essayer Google Tag Manager, si vous ne l’utilisez pas déjà au quotidien (ou autre solution de tag management). C’est un outil formidable, qui ne sert pas que pour l’analytics, mais peut aussi permettre au marketing de gérer les cas particuliers sans embêter constamment les développeurs.

Exemple :

On souhaite promouvoir l’inscription gratuite pour les non-membres et l’inscription premium pour les membres gratuits. Il y aura donc deux popin différentes à pousser à des publics différents.

1/ Datalayer : Il nous faut d’abord renseigner si le visiteur est connecté ou non. On utilise pour cela une couche de données spécifique, présente dans le code source de la page, au sein de laquelle on va renseigner la variable « visitorLogged ». Cette variable, à laquelle on attribuera les valeurs true ou false permettra de savoir quelle popup afficher. Elle sera également très utile pour l’analytics, puisqu’elle permettra aussi de segmenter le trafic.

<script>
    dataLayer = [{
        'visitorLogged': 'true',
    }];
</script>

2/ Macro et règles : Reste ensuite à configurer GTM pour contextualiser l’affichage des popin selon le statut de l’internaute. Grossièrement, il y a trois étapes de configuration.

On va d’abord créer une macro qui récupère la valeur visitorLogged dans le DataLayer :

gtm1

On ajoute ensuite une règle pour savoir dans quel cas afficher nos messages :

gtm2

Il ne reste alors qu’à ajouter deux tags HTML personnalisés dans lesquels on déposera le code nécessaire à l’affichage des popin. :) On gérera l’affichage des tags avec les règles précédemment créées… Et bien d’autres règles qui viendront améliorer la contextualisation des messages. Chaque type de départ/comportement peut avoir sa OuiBounce !

Les plus flemmards peuvent télécharger directement le code de la OuiBounce présente sur cette page, à coller dans votre Tag HTML Google Tag Manager (ne pas oublier de charger la librairie Jquery sur votre page) :

dls

Astuce 3 : Intégrez OuiBounce à votre inventaire display

On pourrait s’arrêter là, mais j’ai une dernière astuce à vous partager… Qui pourra vous permettre d’obtenir des taux de clic supérieurs à toutes les bannières de pub et habillages  que vous pourrez mettre sur votre site. J’ai remarqué qu’en poussant aux internautes un message publicitaire en rapport avec leur visite, au moment de leur départ, avec une OuiBounce, on obtient des résultats tout à fait impressionnants, sans qu’aucune métrique d’engagement de votre site web n’en pâtisse.

En choisissant et en contextualisant suffisamment votre message, vous pouvez ainsi espérer rediriger plus d’un quart du trafic de votre site vers un autre, « presque » sans dégrader l’expérience utilisateur au cours de la visite. Toute personne sensée verra facilement l’opportunité business que cela peut représenter. 😉

Il me semble même que le départ est le meilleur moment pour procéder à ce type de push. Si vous avez des retours d’expérience à ce sujet, ou bien que vous êtes intéressés pour mener des expérimentations dans ce sens, n’hésitez pas à me contacter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *